AGORA EN VISIOCONFÉRENCE

MERCREDI 27 MAI DE 10h00 A 16h30

L’Agora est organisée :

  • par le club Economie de la Fonctionnalité-Développement Durable (EF-DD) d’Ile de France,
  • par l’Institut Européen de l’Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération (IE-EFC),
  • avec le concours du Réseau Cocagne

La participation à l’AGORA 2020 en visioconférence est libre et gratuite. Néanmoins, l’inscription est obligatoire. Seules les personnes inscrites recevront les numéros des réunions ainsi que les mots de passe. Cette mesure est prise pour éviter toute tentative de piratage de nos discussions.

Merci de nous aider à rendre nos réunions plus sûres. CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS POUR VOUS INSCRIRE.

Propulsé par HelloAsso

POURQUOI UNE AGORA EN VISIOCONFÉRENCE ?

LE PROGRAMME

Chacun ressent que le moment est historique. Nous vivons, certainement, un tournant qui va avoir des implications d’ordre structurel conditionnant nos modes de vie et de travail. Ces dernières ne sont pas encore identifiables, car elles dépendent de la façon dont les différents acteurs économiques, sociaux et institutionnels vont réagir et s’engager. La période qui s’annonce, va être instable, préoccupante, sur certains aspects, dramatique, en lien avec des formes d’effondrements partiels de nos sociétés. Mais elle va, aussi, ouvrir de nouveaux espaces de pensée et d’action permettant d’entrevoir d’une manière renouvelée la façon de s’engager dans les Transitons relevant d’un développement durable, renouvelant les ressorts de la démocratie à laquelle nous sommes, tous, tant attachés.

Après un cycle de quarante ans où le développement de nos sociétés a été profondément marqué par une dynamique industrielle, d’hyper-métropolisation accélérée sous domination de la globalisation et de la financiarisation, nos sociétés entrent dans un nouveau cycle de développement. Attendons nous à ce que ce cycle soit marqué par des phases successives d’effondrements partiels, de rebonds des logiques industrielles, mais aussi, d’initiatives alternatives et durables, citoyennes à partir de nos territoires.

La récession est là, mais de manière différenciée. Certains secteurs d’activité, certaines métropoles, certaines entreprises et groupes financiers sauront tirer leur épingle du jeu au détriment des autres ; pour ces autres, la décroissance se traduira par des difficultés d’accès au revenu, aux services concernant les grandes fonctionnalités de la vie : le soin et la santé, une alimentation saine, l’éducation et la culture, la mobilité.., demain peut-être l’énergie, le logement, la sécurité…

Depuis le confinement, des élans de solidarité, de débrouillardise, de sursaut ont émergé. Ce sont des ressources indéniables, mais pas à la hauteur des enjeux. Si elles sont laissées en l’état, le découragement risque fortement de survenir, la domination du modèle économique actuel d’apparaître comme un obstacle insurmontable, la démocratie et la liberté d’être marginalisées.

Heureusement, des initiatives durables avaient déjà été engagées depuis plusieurs années, dont celles relevant de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération. Elles ouvrent une voie différente, une alternative porteuse d’espoir et d’un avenir désirable. Elles existent. Il nous faut identifier et les faire connaitre. Des communautés s’organisent dans cette perspective avec un état d’esprit relevant de la coopération et du dialogue. C’est essentiel.

Mais ces initiatives ont aussi besoin d’être connues et renforcées. La question de leur pérennité, de leur développement comme de leur transférabilité est posée. Y répondre suppose de progresser vis-à-vis de trois exigences :

  • d’abord, la reconnaissance du travail réel qu’il soit rémunéré ou bénévole de ceux qui sont engagés dans des projets relevant des Transitions et l’instauration de dispositifs réflexifs fondés sur les retours d’expérience ;
  • ensuite, l’éclaircissement des lignes de force d’un modèle économique alternatif entrepreneurial et territorial durable, soutenant ces nouvelles trajectoires ;
  • enfin la nécessité de trouver des formes de renouvellement et d’approfondissement de la démocratie.

Cette journée d’Agora du 27 mai, quinze jours après le « début » du dé-confinement peut être un point d’appui pour avancer dans cette voie. Quelle stratégie adopter ? Sur la base de quelle analyse ? Nous avons besoin d’en discuter et donc de créer des espaces qui organisent ces échanges.

L’Agora peut apporter sa contribution.

Son ambition :

  • faire dialoguer, tout particulièrement, la communauté de l’Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération, celle des alliés de la Fabrique des Transitions, ainsi que celle qui se constitue à travers les différents projets de « Travail et Transition » ;
  • centrer les échanges autour de l’émergence d’une nouvelle figure économique, les écosystèmes coopératifs territorialisés œuvrant aux Transitions, d’une part, autour de l’émergence de nouvelles formes de démocratie, notamment la Démocratie Sociétale, d’autre part.
  • engager ces échanges à partir des expériences relevant de trois sphères fonctionnelles : « Ecologie et Santé » / « Bien Vivre Alimentaire » / « Transition Energétique ».

Traditionnellement, l’Agora est organisée par le Club EF-DD d’Ile de France et l’Institut Européen de l’Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération avec le soutien de l’Institut de la recherche de la CDC et de l’Ademe. Cette année, elle est organisée avec le concours du Réseau Cocagne et de membres alliés regroupés au sein de la Fabrique des Transitions.

Malgré le confinement la date est maintenue. Nous ne réunirons pas physiquement, comme d’habitude, dans les locaux de la Caisse des Dépôts, mais à distance par internet (zoom). Les échanges seront accessibles en temps différés par You-Tube.

Le contenu de la journée  est centré sur le développement d’écosystèmes coopératifs territoriaux supports des Transitions, et l’émergence de nouvelles formes de démocratie liées à l’engagement de chacun dans le travail rémunéré ou le travail bénévole.

Comme d’habitude, ces thèmes ne seront pas abordés à partir du seul prisme des idées mais surtout à partir du prisme de l’expérience.

Les dimensions citoyennes fondées sur l’engagement dans le travail comme hors du travail, et les dimensions territoriales de ces initiatives sont déterminantes. C’est ce qui permet d’engager de nouvelles trajectoires de création de valeur et de développement économique.

10h : Mise en place et introduction : 20 mn

  • Isabelle Laudier , directrice de l’Institut de la recherche de la Caisse des Dépôts
  • Claire Pinet, coordinatrice des référents régionaux de l’Ademe en charge de l’économie de la fonctionnalité
  • Christian du Tertre, Président de l’IE EFC

10h20 – 12h30 : Trois ateliers en parallèle (2h) :

  • Ecologie et Santé :

Pilotage : Sandro de Gasparo (intervenant-chercheur, ATEMIS) – Pierre-Yves Traynard (Directeur du Pole Ressources Santé, Ile de France)

Invités pressentis : en cours d’identification

  • Bien Vivre Alimentaire :

Pilotage : Julien Adda (Directeur du Réseau Cocagne) – Thierry Debuc (intervenant-chercheur ATEMIS)

Invités pressentis : Max Schaffer (Directeur du Jardin de Cocagne de Lorient) ; Initiative du Nord, Pierre Wolf ; initiative en Ile de France, Patrice Vuidel (Président de la La Butinerie à Pantin)

  • Transition Energétique :

Pilotage : Thibault Gheysens ; J-M Thouvignon ; Stanislas Nosperger

Invités pressentis : Yannick Regnier (Réseau Tepos) ; Bernard Lemoult (Collège des transitions sociétales, Nantes) ; Mélanie Pépin (Club Terres d’EFC Paca).

L’après-midi 14h – 16h30

Deux tables rondes en plénière d’une heure et les conclusions

14h – 15h : Une première table ronde sur les contours que représente cette nouvelle figure entrepreneuriale et territoriale : l’écosystème coopératif territorialisé. L’enjeu est d’identifier les dimensions économiques du modèle.

Pilotage : Brigitte Pasquelin

Invités pressentis :

  • Un représentant du réseau Cocagne
  • Un représentant d’Unadel
  • Un représentant du laboratoire de l’économie sociale et solidaire : Dominique Picard
  • Un intervenant-chercheur d’ATEMIS : Patrice Vuidel.

15h15 – 16h15 : Une seconde table ronde sur la dimension sociétale et politique de la Transition : les nouvelle relations à construire, le nouveau rapport du politique à l’économique.

Pilotage : Romain Demissy

Invités pressentis (donc sous réserve) :

  • Un représentant de l’association de portage de la Fabrique des Transitions : Julian Perdrigeat ou Jean-François Caron
  • Christian du Tertre : IE EFC et Travail et Politique
  • Laurent Fussien, DGS de la ville de Malaunay
  • Mireille Alfonse, maire adjointe de Montreuil.

16h15 – 16h30 : Conclusions :

Christian du Tertre, Directeur scientifique du laboratoire de recherche et d’intervention ATEMIS et Président de l’IE-EFC

Dominique Hays, Directeur des AngesGardins et Président du Réseau Cocagne

Traduire